Fapa

Posts

Quelle prise en charge?

Quelle prise en charge?

Quand le syndrome de Lynch est présent dans une famille ou lorsque la mutation génétique a été identifiée grâce à une analyse de l’ADN, il est important de subir régulièrement certains examens. L’affection peut être présente sans donner de symptômes ou de plaintes liés à la présence de polypes.

Signaux d’alarme
Vous devez immédiatement consulter votre médecin :
• si vous voyez du sang dans vos selles;
• si vos selles changent;
• si vous perdez du poids sans cause apparente;
• si vous avez régulièrement mal au ventre;
• si vous avez des saignements vaginaux anormaux

Si toutefois il y a déjà un cas de cancer colorectal dans votre famille, il n’est pas prudent d’attendre l’apparition de ces symptômes ou de ces plaintes. Le dépistage, par des examens réguliers, est en effet très important dans la prévention et le diagnostic précoce du cancer.

Examens de contrôle
Gros intestin:
Puisque le cancer colorectal se développe à partir d’un polype bénin, l’examen a pour objectif de détecter ces polypes à un stade précoce et de les enlever. Dans le syndrome de Lynch, il est bien prouvé que des colonoscopies à intervalles rapprochés avec ablation des polypes est la meilleure méthode de dépistage et de prévention. Dans le cas où il y a déjà un cancer, le diagnostic précoce est très important pour augmenter les chances de guérison grâce à un traitement adéquat.
On conseille aux personnes ayant le (ou ayant un risque d’être atteintes du) syndrome de Lynch de se faire examiner le gros intestin par une endoscopie (= colonoscopie classique) 1 x tous les 1 à 2 ans en fonction des conseils du médecin et des résultats antérieurs et ce à partir de 20 à 25 ans.

Utérus et ovaires:
En plus, on conseille aux femmes ayant le (ou ayant un risque d’être atteintes du) syndrome de Lynch de subir un examen gynécologique annuel à partir de 30 ans. Ces contrôles consistent en une échographie vaginale et un examen sanguin. En période péri-ménopausale, la possibilité de l’ablation préventive de l’utérus, des ovaires et des trompes utérines peut être envisagée.

Autres:
S’il y a d’autres cancers dans la famille (comme p.ex. de l’estomac ou des voies urinaires), il est conseillé de se faire examiner afin de prévenir l’apparition d’autres tumeurs (ex. gastroduodénoscopie, échographie des reins et des voies urinaires et examen cytologique urinaire). Ceci est toutefois spécifique à chaque famille et ne peut donc pas donner lieu à des directives générales.

Le traitement

Le traitement

Si vous êtes confronté au diagnostic d’un cancer colorectal, le médecin discutera des différentes possibilités de traitement. En cas de tumeur maligne, une opération chirurgicale est nécessaire.  Lors de l’opération, la partie du côlon où se trouve la tumeur sera réséquée. Après l’opération, un suivi régulier reste nécessaire car dans le syndrome de Lynch, de nouveaux polypes ou de nouvelles tumeurs malignes peuvent se développer dans la partie restante du côlon. Pour cette raison, il est parfois préférable d’effectuer une ablation totale du côlon. Votre médecin discutera avec vous du type de chirurgie qui convient le mieux dans votre cas. Le traitement ultérieur ne diffère pas du traitement du cancer colorectal non héréditaire et sera discuté avec vous en fonction de votre situation spécifique.
Toutefois, il reste important de se faire examiner, même après l’opération, puisque dans le syndrome de Lynch, il y a un risque héréditaire de développer plusieurs formes de cancers. Les examens de contrôle cités ci-dessus restent donc, même après le traitement, nécessaires.